Pourquoi les Français ne savent pas parler anglais ?

En ce moment on est en pleine rentrée des classes, primaire, collège, lycée, fac et j’en passe. Les débats actuels sont sur la suppression des postes, le niveau des élèves et leur nombre d’heure de cours… mais s’il y a bien une chose qui m’énerve et dont personne ne parle (en fait tout m’énerve dans ce domaine) ce sont les cours d’anglais. Oui alors dit comme ça, vous vous demandez sûrement, mais où est ce qu’elle veut en venir. En gros, après « Pourquoi si peu de communication scientifiques-néophytes ? voici « Pourquoi les Français ne savent pas parler anglais ? »
Bon vous savez sûrement, qu’on a une réputation à l’étranger d’être les plus mauvais en langue et pour cause j’ai le malheur de vous annoncez que cela est bien vrai.

J’en avais déjà des soupçons avant, mais cela c’est bien confirmé suite à l’accueil des Erasmus. C’est très simple et facile à voir,  vous prenez une table autour de laquelle vous mettez une finlandaise, un turc, une italienne, un espagnol, deux allemandes et des français, puis vous les écoutez parler. Constat alarmant, hormis le fait que les français parlent entre eux, les étrangers parlent et discutent sans problème en anglais, aucune hésitation avec un très bon anglais et certain sans accent. Vous écoutez les français et la c’est catastrophique. A niveau scolaire égale (sous entendus, nombre d’années d’anglais appris), la plus part prennent trois plombent pour retrouver leur mot, font des phrases simples ou déstructurées, parlent lentement et ont du mal à comprendre les autres, évidement j’en fais partie et pourtant je ne suis pas la plus mal logée.

Après avoir discuté sur le pourquoi du comment du « les français ne savent pas parler anglais », on en est venue à plusieurs points allant de l’enseignement de l’anglais au culte de la traduction quasi typiquement français :

  • Traduction systématique des séries TV et film : LE gros défaut de la France : son culte de la traduction, outre le faite que généralement il est mal fait et que le mouvement des lèvres n’est pas en coordination avec la voix, la France (on est pas les seuls, mais il n’y en a pas beaucoup d’autre) aime traduire tout en français, un culte de l’égo peut être ? ou ne voulant pas affirmer que nous vivons dans un monde mondialisé ou l’anglais domine, oui il n’y a pas que la France et le Français. Conclusion dès le plus jeune age, le français (ou personne résidant en France) baigne d’en un monde télévisuel-cinématique entièrement francophone. En quoi cela interfère dans l’apprentissage de l’anglais ? Réponse de la finlandaise : Je n’ai jamais eu besoin d’apprendre hardament (ça se dit ?), par cœur l’anglais, vu que rien n’est traduit, uniquement sous-titrés. Je vous passerez des détails neuroscientifiques, sur l’apprentissage de la langue et que jusqu’à 3 ans (environ) on est apte à apprendre plusieurs langues facilement, mais que l’immersion dans une seule fait qu’on ne développe pas cette aptitude et donc après ils est plus difficile d’apprendre une langue et plus rébarbatif (apprendre par cœur). Vous aurez compris mon point de vue la dessus, c’est un gros problème cette traduction, mais je ne pense pas que cela soit prêt de changer.
  • Apprentissage de l’anglais tardif : Je vous passerais encore une fois les détails neuroscientifiques, mais nous apprenons l’anglais tardivement, généralement à partir du collège, donc à l’age de 11 ans (si je ne me trompe pas). Cela est bien trop tard, pourquoi ne pas commencer plus tôt, dès le primaire. Bon alors certain d’entre vous vont bondir en hurlant blasphème, horreur et damnation sur notre pauvre bambin (j’en ai pas) qui ont déjà un emploi du temps chargé à la primaire. Quoi qu’il en soit, l’anglais est bien plus important qu’on le croit et au vu des flux de population, les technologies où les termes sont en anglais, etc., il est préférable de s’y mettre sérieusement.
  • Qualité d’apprentissage : Je ne remet pas en cause les profs, mais n’empêche que parlais français durant toutes l’heure pour dire que trois phrase en anglais, c’est pas un peu contre productif ? Surtout qu’avant la fac ou  plutôt ma 3ème année de fac, on ne m’a jamais demandé de parler anglais en cours. Si Si, je vous assure, aucun oral, pas besoin de parler. Encore une fois, dans le genre super productif… je ne crois pas qu’on puisse faire mieux. Du coup, il ne faut pas s’étonner si le Français parle anglais (pour le peu qu’il sait) avec un accent horrible et incompréhensible. Je ne parle même pas du nombre d’heure de cours hebdomadaire d’anglais qui est dérisoire.

En conclusion, je n’ai jamais autant appris par moi même l’anglais, en 1 ans, que mes 7 ans d’anglais scolaires. Merci Dr House 🙂

Pour finir, certes tout le monde ne se reconnaîtra pas dans ces 3 points, mais je pense qu’en général, la France a un vrai problème concernant sa politique d’enseignement des langues étrangères. Je ne sais pas à quoi c’est dû, une des hypothèse, lancer lors d’une de ses fameuses discutions sur notre niveau d’anglais, est par « égocentrisme français » car depuis que le français, jadis, fût la langue parlais au conseil de l’Europe (d’après une français, mais je ne sais pas de quand cela date), la France a pris la grosse tête pensant qu’il ne sert à rien d’apprendre une autre langue.

Évidemment c’est une théorie que l’on m’a dite, il doit y en avoir d’autre, n’hésitez pas a donner votre avis. Mais je pense sérieusement, qu’il faut faire quelque chose sur ce point, car on a un sérieux problème à se niveau là.

Helran

Comments

  1. deja,avant de dire que l’on parle mal ou ecrit mal le français et l’anglais,pourquoi ne pas deja simplifier l’orthographe du français en lui en donnant une phonetique qui soit plus en adequation avec la prononciation?

    ah oui parce que ça va faire herisser les cheveux sur la tête de certains « cultivés »(qui se croient superieurs à beaucoup de monde du fait de leur maitrise du français ecrit) qui redouteraient que l’on ait plus aucune grammaire ou que l’on ne puisse plus retrouver l’origine grecque de certains mots….que c’est important.

    certes je ne fais pas trop de fautes d’orthographe,mais ne serait-ce pas plus utile d’apprendre les mathematique pendant le temps que l’on consacre par exemple en primaire à ecrire dix fois par exemple le mot « pharmacie » ou « parTiel » ou n’importe quel autre pour savoir l’orthographier correctement?

    juste une question:qui est-ce qui connait un français qui soit tout-à-fait fluent en conversation à l’ORAL en français standard…vous savez le français a la syntaxe et a la grammaire très « surveillée » et très « soignée »?
    ….. vous savez dites « jean a parlé a sa soeur » et non « jean il a parlé a sa soeur » ou encore « jean a donné des bonbons a sa soeur » et non « jean à sa soeur il lui a donné des bonbons ».
    quel français de langue maternelle connaissez-vous qui serait fluent a l’oral en utilisant juste des phrases du type « jean a donné des bonbons à sa soeur hier et a partagé son repas avec ses amis. »?

  2. Pour ma part, je viens de rentrer d’un sejour en suède et bien que mon anglais soit loin d’etre parfait j’ai trouvé fantastique la possibilité de discuter avec quasiment n’importe qui dans la rue ou ailleurs.

    De même dans mon travail l’anglais permet de communiquer avec des partenaires issus du monde entier.

    Je pense que l’anglais ne doit plus être vu comme une langue étrangère mais plutot comme une langue d’échange et de travail.

    A ce titre, peu imorte que certains soient avantagés et d’autres non trouvons simplement un moyen pour communiquer ensembler.

    Enfin pour moi l’anglais n’est plus une langue étrangère et il est indipensable de l’apprendre et de la maîtriser, mais n’oublions pas pour autant les autres langues qui participent a la richesse culturelle de chaque pays.

  3. Je cite « outre le faite que généralement il est mal fait et que le mouvement des lèvres n’est pas en coordination avec la voix » je ne suis pas trop voir pas d’accord avec cela. En effet je crois plutot que c’est l’inverse, le niveau de traduction est tellement bon que cela n’incite pas à chercher les VO. D’ailleurs nombre d’étranger qui maitrise bien le français me disent que c’est ce qui les impressionnent le plus dans les films en France. Contrairement par exemple au Pays-Bas et bien d’autres par chez nous les acteurs ou actrices ont la même voix c’est une des premières raisons qui font que nous n’éprouvons pas le besoins de retrouver la voix original, car généralement elle colle avec l’acteur (voix de Stallone, Whoopi Goldberg par exemple) la deuxième et là je rejoins l’avis du billet notre faible niveau.
    Perso dans mon çycle scolaire je n’ai rencontré qu’une seule prof qui a su nous intéresser et faire adhérer toute une classe c’était en 3 ème donc bien trop tard le mal était fait et quand on a moins de 15 ans nous ne voyons pas les choses pareilles et l’on regrette plus tard si je devais refaire mon cycle scolaire je crois et je suis sûr que j’arriverai même à pallier le manque des profs avec justement les VO des films, les paroles des chansons que l’on trouve facilement. C’était une autre époque, quand j’usais les bancs c’était la révolution des radio libres…

  4. French people smell of cheese and snails.

  5. Merci pour cet article, je trouve votre point de vue très intéressant. Néanmoins, concernant par exemple les films, il y a de plus en plus la possibilité de regarder les programmes et films en version originale (sous-titré ou non). Ne pensez vous pas que cela puisse être un début de changement de moeurs d’apprentissage?

    • Helran@Boutique de lingerie
      2 août 2012 - 16 h 42 min

      J’espère bien! Malheureusement ca reste encore trop marginal ! A la tv c’est inexistant, les cinémas en font de plus en plus mais pas toujours etc.

      • Pascal@Cours de français à Nice
        11 octobre 2012 - 13 h 09 min

        Les cinéma dans les grandes villes oui, mais en dehors des grandes villes c’est souvent très rares…
        Pour la télé je suis toujours aussi étonné de voir qu’en 2012 on ne peut pas choisir si on souhaite la VF ou la VO… personnellement j’ai de plus en plus de mal à regarder les VF, la qualité des doublages n’est pas toujours au rendez-vous.
        Tant que les moyens nécessaires ne seront pas mis en place, à part en se rendant dans un pays où est pratiquée la langue, il sera difficile de progresser…

  6. Je suis tout à fait d’accord avec Herlan. Je peux livrer mon expérience : je suis alsacien, 53 ans, de langue maternelle germanique (dialecte). J’ai suivi toute ma scolarité en français .
    Mes études ont été sanctionnées par un BTS de traducteur commercial et technique en anglais. A vrai dire j’étais très bon en anglais, surtout à l’oral. Malheureusement au BTS c’était la cata et j’ai dû m’y reprendre à 2 fois. Après je n’ai jamais pu bosser dans ce métier car – me disait-on le BTS n’était pas assez élevé et la traduction ne nourrissait pas son homme. J’ai donc fait une carrière salariée dans la banque,puis comme indépendant dans une banque allemande.
    Aujourd’hui, devinez quoi je donne des cours d’anglais à des BTS. Je peux vous assurez que mon niveau après 30 ans est meilleur qu’à l’époque. Je n’ai aucun souci. Le seul à vrai dire est au niveau de l’embauche. Qd je postule quelque part on me dit qu’il faut bac + 3 ou plus. Je suis désolé de faire ce commentaire mais je vois les dégâts causés par des « enseignants » bac ++++. Il faudrait peut-être arrêter cette voie-là. Désolé encore une fois de le dire. Mais vous apprendrez plus vite les langues sur le net (avec un peu de volonté et de régularité).*
    Autre chose : je pratique la phonétique avec mes élèves. Dire que ce sont des souvenirs de la classe de 6ème quand je vois ce qu’il en reste, chapeau tiré à ma prof d’antan Mme WENDLING. Ce sont malheureusement des fondamentaux qui aujourd’hui ne sont plus enseignés. pourquoi? Moi je ne me casse pas la tête, j’ai la culture du résultat. Je prends et applique ce qui marche. Et une dernière chose, mesdames et messieurs les profs : IL FAUT INTERESSER VOS ELEVES, LES SURPRENDRE, LES ETONNER. Vous savez je suis entre autre un commercial : dans la vente, surtout quand on la rate, ce n’est pas le CLIENT qui est le problème mais le COMMERCIAL et le résultat est immédiat PAS DE REMUNERATION. A méditer. Celà dit il n’est jamais trop tard pour apprendre ou réapprendre. Si notre chère (à tous les sens du terme) Education Nationale ne se régénère pas elle va mourir de sa belle mort et croyez-moi je ne le souhaite pas. Il n’y a pas meilleur défenseur du service public que moi. Pour info : un prof de mon age enseignant dans le département 974 gagne 55.000 € par an et souvent il donne encore des cours au « black » pour 20,00 € de l’heure (lol pour réparer son travail officiel de 8h par jour ?). Si, si je vous assure, faites un tour sur le « Bon coin ».

  7. J’ai bien lu tes propos. Cependant, je tiens à y apporter quelques corrections.
    J’ai 28 ans, et j’enseigne l’anglais au collège.
    Certes, nous ne vivons pas dans un monde suffisamment bercé en langue anglaise (traduction à la TV, mais maintenant la VO est très souvent disponible).
    Concernant l’apprentissage en primaire, c’est déjà le cas. La plupart des élèves en ont au moins fait 1 an avant l’entrée en sixième. En 1994, j’en ai fait 1 an en CM2. (Déjà à l’époque). Tous ceux qui passent le concours pour être prof des écoles doivent certifier la maîtrise d’une langue étrangère. Bien entendu l’anglais n’est pas obligatoire, mais c’est quand même très souvent le premier choix.
    Mes élèves, en 6, ont bien souvent commencé l’anglais en CE1, mais c’est vrai, l’apprentissage n’est pas le même en fonction des écoles. Ce qui fait qu’en ce moment en 6, j’ai repris toutes les bases depuis l’alphabet. Au moins ça fixe les acquis.
    Quant à l’oral, il occupe désormais une place très importante dans l’enseignement. Certes, chaque professeur est différent et le gère comme il peut. Il est vrai que lorsqu’on est 20 et plus dans une classe, le temps de parole par élève en est réduit d’autant, et que trop d’élèves qui parlent en même temps, ça fait du bruit. De plus les élèves n’ont pas forcément au collège et au lycée les ressources nécessaire pour tenir longtemps une conversation. Au bout de 5 min, ça tourne en rond. Et du coup, l’écrit permet tout de même de développer l’expression et d’avoir le calme de temps en temps.
    De plus sache que depuis 2005, tous les professeurs de langue, quelle qu’elle soit, et dans tous les pays d’Europe, sont soumis à la même réforme intitulée ‘Cadre Commun de Référence en Langue’. Cette réforme nous oblige, entre autre, à développer de manière équivalente 5 compétences : Compréhension écrite, expression écrite, Compréhension orale, expression orale en continu, et expression orale en situation de dialogue.’ Comme tu le vois, sur 5 compétences évaluées, 3 concerne l’oral. Pour chaque cours, ou chapitre, chacun fait comme il peut, les élèves sont censés faire une tâche actionnelle, qui nécessite de s’exprimer, pour effectuer une tâche de tous les jours (comme acheter un billet de train, demander son chemin…) Ces tâches vont du plus basique au plus compliqué. Je fais apprendre à mes 3 à parler du stage qu’ils viennent d’effectuer.
    Tout ça pour te dire, que certes on est pas encore au niveau d’autres pays. Mais les cours d’anglais ont bien changé et visent largement à améliorer le niveau (pour peu que l’on y travaille correctement ).

    • Merci pour ton commentaire, je suis bien contente que c’est évolué en tout et que l’oral a fini par prendre ça place dans les cours aux collèges et lycées. Ca a bien évolué par rapport à l’époque ou j’étais aux collèges/lycées.

  8. Point de vue très interessant.
    L’enseignement de l’anglais est à revoir, tout comme l’enseignement des autres langues (y compris le français, comme l’exemplifie l’ortographe de cet article).

  9. www.vraiesecolesdelangues.com
    13 mars 2013 - 14 h 38 min

    C’est vrai qu’en France on est très en retard sur la faculté à parler l’anglais couramment. On apprend trop tard, même si en CE1 ils commencent à apprendre quelques mots, mais c’est tellement peu.

Laisser un commentaire