Le stylo c’est trop has-been!

Le stylo c’est trop has-been!  Plus sérieusement les stylos j’en utilise quasiment plus, d’ailleurs c’est toujours la merde quand il y en a besoin et qu’il faut en trouver un perdu dans les recoins de l’appartement et si possible qui marche.

Le truc, c’est que je ne suis pas la seule dans ce cas et j’ai récemment découvert que P. était gaucher, d’ailleurs c’étais surement la première fois que je l’ai vu écrire après plusieurs mois. Donc en gros, je me suis rendue compte d’un truc qui parait anodin, la préférence de la main pour écrire, après plusieurs longs mois avec cette personne.

Ce n’est pas le fait qui soit gauche qui m’a choquée (heureusement hein) mais que je n’ai pas vu ca avant et du coup ca m’a fait réaliser que le stylo c’est plus d’usage très très courant.

N’empêche qu’en réfléchissant bien, ca va devenir de plus en plus obsolète et ce n’est pas plus mal. Je pense que ca va être comme dans l’univers alternatifs de Fringe, dans l’épisode où ils réalisent qu’ils n’ont pas vu un stylo depuis des années et que leur seul utilisation sert aux handicapés mentaux qui n’arrivent pas à utiliser les interfaces tactiles afin de continuer à s’exprimer.

Sinon, le stylo ca vous dit encore quelques choses ?

Helran

Quand les finlandais reprennent du Joe Dassin

Comme un peu de lol dans ce monde de brut ne fait pas de mal, voici un billet musical. Joe Dassin fut à tous notre grand idole (ou pas…. en fait) et on a tous dansé des slows de ouf sur la chanson l’été indien (ou carrément pas en fait). Apparemment ça a aussi emballer le coeur de finlandais au point de la reprendre à la finnoise. Oui, j’ai appris ça 3h du mat’ avant, je ne vous dit pas le choc.

Avant d’entrée dans le vif de la folie, voici la version originale, histoire de vous la mettre en tête:

Voila, maintenant vous êtes prêt pour la version finlandais qui s’appelle Kuusamo, interprété par le Joe Dassin finlandais qui s’appelle Danny (super finlandais comme nom d’ailleurs xD).

Même que si comme les finlandais, tu surkiffes le karaoké, voici les paroles en finnois (trouvé ici):
Kuusamo lyrics

Kuusamo
Papapapapaapapa
papapapapapaa
papapapaaaaa
Kuusamo
papapapapaapaaaaaaaa
Paapapaapapapapapaaa.

Helsinki.
Savuinen, sumuinen kaupunki.
Ihmiset ei tunne edes naapuriaan.
Kaikilla on kiire,
harva täällä hymyilee.
Näkymättömät laudat nykivät ja repivät sätkynukkeja,
jotka poukkoilevat kuin saaliskalat sumpussa.
Kaikilla on kiire ei minnekkään.

Kuusamo
Nyt kutsuu mua Kuusamo.
Metsän näen jämäkän,
ja vaaran sinertävän.
Kuusamo,
Nyt kutsuu mua kuusamo.
Sieltä vaan mä rauhani saan.

Kuusamo…
Helsingissä ei asu enää helsinkiläisiä.
On vain joukko yksinäisiä, ja heitä on monta,
liian monta.
En tahtoisi olla yksi heistä.
Tahdon olla vapaa, ja hengittää havun tuoksua.
Täällä olen kuin vanki,
lähden Kuusamoon.

Kuusamo,
nyt kutsuu mua Kuusamo.
Metsän näen jämäkän,
ja vaaran sinertävän.
Kuusamo,
nyt kutsuu mua kuusamo.
Sieltä vaan
mä rauhani saan.

Kaukana,
on mennyt onni kaukana.
Mielenrauhan menetin,
mut sen kai saan takaisin.
Ainoa,
lie paikka vailla vainoa.
Korpimaa,
se kanssani jaa…

kuusamo
nyt kutsuu mua kuusamo…

Puis comme un malheur n’arrive jamais seul, même le groupe Amorphis s’y est mis et voici le résultat:

Oui, même avec des guitares saturées, cette chanson fait peur. Je me demande si les fans ont déjà écouté la version de Joe Dassin?!

Quoi qu’il en soit, bonne écoute.

Helran

Qu’est ce qui bloque le monde médical d’avancer dans la guérison de maladie ?

Billet sérieux, ça change de d’hab’, je vais aborder un thème qui m’est cher et l’idée de cet article met venue suite à la discussion à sujet avec mon docteur. La question est « Pourquoi ne peut-on pas guérir et soigner des malades ? », en fait je vais essayer de répondre à plusieurs questions en une fois, dont « pourquoi si peu de nouveau médicament ? » ou encore « pourquoi les nouvelles thérapies ne sortent pas du cadre de recherche ? ». Malheureusement pour les chercheurs, les malades et les futurs malades, la médecine est bloquée à plusieurs niveau ; religieux, politiques et économie, le tout sous fond d’hypocrisie de la part de tout le monde, politicien comme de la part de la population.

Religion

Je vais commencer par la partie la plus sensible, la religion. Au final tant les croyants et pire encore les non croyants mais baigné dans cette mentalité judéo-chrétienne et des autres religions, vu que l’une ne rattrape pas l’autre dans ce cas-là, font régresser la science. Je ne vais pas revenir sur des faits d’attends d’il y a des siècles, un petit tour dans l’histoire des sciences pour se rendre compte qu’on a perdu des années de sciences, trouvailles, travaux et savant au nom de la religion. Malheureusement, le problème persiste encore.

L’un des exemples les plus flagrants pour le commun des mortelles est l’ivg encore interdit dans certains pays. Au niveau médicament et thérapie, la recherche sur les cellules souches est interdite en France, elle l’a été un petit moment aux Etats-Unis mais les conservateurs religions ont fait pression pour stopper ça, etc. Pour des raisons « éthiques », je rappelle qu’on parle bien de cellule ?! Tout comme un embryon est un amas de cellule au même titre qu’un tissu de peau est un amas de cellule. Les cellules sont certes différentes mais ça reste des cellules ! Malheureusement, pour certain ce n’est pas clair pensant qu’un embryon de quelques semaines est un être, ce qui n’est pas le cas, sinon on peut aussi dire qu’un bout de foie est aussi un être.  Concernant les cellules souches, je crois que certaines personnes regardent un peu trop les films de sciences fictions, pensant qu’on va cloner des gens, faire naitre des gens via des cellules souches sur boîte de pétri ou je ne sais quoi. Ils devraient redescendre sur terre un peu et réaliser au combien ces recherches sont importantes.

Je vais vous donner un exemple concret. Il y a plusieurs années, à titre de recherche, 3 équipes dans le monde ont eu le droit de greffer des cellules embryonnaires humaines dans le cerveau de patient atteint de la maladie de Parkinson à un stade très évolué de la maladie. Les greffes qui ont prises ont permis au « pire » de ramener le patient au stade 1 de la maladie et au mieux à un niveau asymptomatique, et ceux sur plusieurs années. Conclusion : ça marche ! On peut guérir, on peut soigner, c’est faisable ! Le problème était uniquement d’ordre religieux (et personnes soient disant athée mais encore sous influence judéo-chrétienne) qui veut qu’étudier ou utiliser des cellules embryonnaire c’est le mal absolu. Sachant que les hauts dirigeants politiques sont très ancrés dans la religion, je vous laisse conclure par vous-même concernant l’utilisation de cette technique à plus grande échelle ? Zéro ! Aussi, il est fort probable que grâce aux cellules souches et/ou embryonnaires, il est possible de guérir (ou très proche de trouver comment) des handicapés moteurs (paraplégie, tétraplégie etc.), les avancés à ce sujet ont été considérable, mais encore une fois, il y a un facteur qui nous bloque, car ça demande l’étude et l’utilisation de cellules souches. Enfin, je ne parlerais même pas de thérapie génique, chose qui réveillent les pires angoisse au sein de la population et religieux car là on touche au gène, mais faut admettre que cette thérapie est prometteur, elle a besoin d’être amélioré mais elle pourrait clairement soigner/guérir de nombre types de maladie.

Politique

Là, on va plus parler de faux-cul et d’hypocrisie. Car les politiciens, ils sont bien gentils de dire qu’il faut trouver un traitement à Alzheimer car avec la population vieillissante, il y en aura de plus en plus, qu’il faut soigner les cancers parce que sa touchent énormément de monde. Et je ne parle même pas des douleurs, du stress ou de la dépression qui handicapent beaucoup de gens et fait perdre beaucoup d’argent à l’état. D’ailleurs, ça ne sert à rien de parler des maladies génétiques rares, tout le monde s’en fout, c’est trop rare pour être pris au sérieux et puis il y a le téléthon pour ça (ironie inside ! Mais tellement vrai de la part des politiques).

Voilà, ils nous ont lancé des objectifs, trouver et guérir ces maladies. Sauf qu’à côté ils ne font rien pour : ils ne donnent pas d’argent dans la recherche. Voire pire, ils mettent des bâtons dans les roues en empêchant la recherche sur les cellules souches par exemple. Car comme je l’ai dit au-dessus, l’état français, malgré sa séparation avec l’église, est extrêmes encré dans la religion.

Aussi, c’est à ce demander si c’est finalement si intéressant d’un point de vu politico-économie de guérir certaine maladie. Je ne suis pas adepte de la théorie de complot. Mais regardons un peu de plus près. La population est de plus en plus vieillissante, la population n’accepte pas de travailler plus longtemps = gros problème financier d’ici quelques années. Alors si en plus vous ajouter à ça des vieux « increvables » (sous-entendu, qui meurt naturellement et non de maladie dégénérative), ça va devenir la galère à gérer, financièrement évidemment ! Alors que s’ils deviennent séniles type Alzheimer, on sait qu’ils vont mourir quelques années après, du coup l’état paye qu’une partie des soins infirmier pour s’en occuper des légumes jusqu’à l’heure fatidique, à se demander si ça ne revient pas moins chère pour l’état que de les laisser en bonne santé plusieurs années.

Ceci reste une théorie évidement. Ce à quoi je répondrais par l’euthanasie, auquel je suis pour dans les cas extrêmes et pour moi Alzheimer en est un. D’ailleurs même Terry Pratchett, atteint d’une forme rare et précoce d’Alzheimer à demander au suicide assisté. En plus, ça irait bien dans la logique financière de l’état. Ça coute pas cher une dose mortelle d’anesthésiant et après plus besoin de payer les soins palliatifs et le maintien en vie de légume. Mais encore une fois, on revient au premier point (prétexte religieux) qui domine sur l’économie au niveau politique.

Economique

Dans ce dernier chapitre, avant d’entamer la conclusion incluant l’hypocrisie général, on va parler d’une plait dans le monde : l’argent. Non pas que je suis anarchiste ou communiste, mais il faut être aveugle et borne pour ne pas se rendre compte que tout se décide en fonction de l’argent (et de la religion, tout dépend à quelle level on se situe) et aussi que beaucoup de personne s’enrichissent comme des goinfres sans réinvestir un seul sou dans la boîte qu’il leur en rapporte. Car, mon problème n’est pas les mecs qui se font des couilles en or, mais ce qui se font des couilles en or et qui ne réinvestissent pas dans ce qui leur fourni ces couilles. Dans ce cas précis je parle des entreprises pharmaceutiques !

Tout comme les compagnies de téléphone/télécommunication/internet, on s’accordera à dire que ce sont des gros crevard entubeur rouleur de gens qui se mettent d’accord entres elles pour faire leurs lois et leurs prix mais on a besoin d’elle pour avoir accès à la télécommunication/internet. Pour les entreprises pharmaceutiques c’est exactement pareil. Des crevards, mais ils sont indispensables car ils produisent les médicaments nécessaires en masse. Il faut bien produire beaucoup d’insuline, beaucoup de pilule contraceptive, beaucoup d’hormone etc, et bien sans eux c’est plus délicats. Ceci dit, un nouveau concept est arrivé avec des chercheurs, pharmacologistes, etc qui souhaitent produire du médicament personnalisé et donc à toute petite échelle, le but étant réellement de soigner des gens plutôt que de se remplir les caisses sans scrupule. Sauf que vous vous doutez bien qu’on leur met beaucoup de bâton dans les roues (Faudra que je retrouve le lien de cette association.).

Donc pour revenir à nos moutons, l’autre point c’est qu’il y a très peu de compagnie pharmaceutique, du coup niveau concurrence = 0, niveau dialogue entre elle = +1. Sans fondement ce que je vais dire, mais c’est surement le cas, comme ça l’a été avec les compagnies téléphoniques mais là à plus grande échelle, ils se mettent surement plus ou moins d’accord entre eux pour éviter de ce tirer dans les pattes et garder ce monopole.

Donc mon problème n’étant pas qu’une entreprise se face de la tune, c’est son but. Ce qui m’énerve, c’est lorsqu’elle ne réinvestie pas une partie dans la compagnie (au niveau des salaires et au niveau de la recherche et développement). Le problème se pose encore plus au niveau des entreprises pharmaceutiques car on touche au médicament. On mettra de côté le faite qu’elle arrête ou ne produit pas de médicament soignant (pas guérir mais étant efficace sur certain symptôme ou ralentissant la maladie etc.) contre les maladies rares, car ça ne rapporte pas assez, que voulez-vous, pas assez de malade, tant pis pour eux, ils avaient cas être plus nombreux. Je ne vous parlerais pas non plus des couilles en or qu’ils se font en vendant de l’eau sucrée super cher (= homéopathie). En y pansant, ce n’est pas vendu dans les pharmacies en Finlande, logique, seuls les médicaments ayant un effet réel (supérieure à l’effet placébo) sont autorisés à être vendu. Donc bon, les gens qui crient au loup en parlant des labos pharmaceutiques mais qui achètent des produits de merde homéopathiques, ils les enrichissent encore plus que via des médicaments (des vrais, des efficaces), c’est fou ce que l’eau sucré coûte cher avec les labos pharmas.

Avant de vous donner deux exemples très concrets, il faut savoir qu’investir dans un médicament ça coute cher et ça doit passer de nombreux tests avant d’avoir une autorisation de mise en route sur le marché. Du coup, quand il y a déjà des médicaments qui remplissent un rôle donné, peu importe le niveau d’effet secondaire, pourquoi les labos pharma se casseraient le cul à investir de l’argent pour améliorer le produit ou en trouver de nouveau plus efficace et réduisant le ratio effet bénéfique/effet secondaire. Et c’est tout là le problème.

Voici deux exemples concrets. D’une part les antidouleurs, certains sont extrêmement efficaces mais ont des effets secondaires terribles sur du long terme ou à haute dose. Exemple simple la morphine. La morphine c’est super en tant qu’antidouleur, c’est aussi super addictif et sédatif en fonction de la durée de prise du médoc et des doses données, sans compter d’autre effet secondaire. Le problème de la morphine est qu’elle entre dans le système nerveux et c’est à cause de ça qu’elle induit ces effets secondaires gênants et qui empêche son utilisation sur du long terme.  Sauf que si les labos pharmas se bougeaient le cul à mettre un peu d’argent dans l’amélioration de la morphine, mais je pourrais très bien parler d’autres antidouleurs ou stéroïdes ou d’autres médicaments dont on voudrait uniquement l’action au niveau périphérique, afin de rendre ces molécules imperméable à la barrière hématoenchéphalique (à empêcher ces molécules d’aller dans le système nerveux) tout en maintenant leur activité au niveau périphérique, se serait merveilleux ! Plus d’effets secondaires lourds ! Les molécules sont là, il faudrait juste réussir à les modifier un peu. Mais non, personne ne veut se lancer la dedans, ça demande de l’argent !

Autre exemple typique les vaccins. Contrairement à ce que certains pensent totalement influencés par les journaux télévisés qui ne font que du sensationnalisme dans le but d’induire la peur et divulguant des messages scientifiques faux ou tronqués, la vaccination est nécessaires et indispensables, aussi elle a éradiqué de nombreux virus dangereux. Merci Pasteur, merci les vaccins ! Dans les vaccins, pour les rendre plus efficaces, il y a de l’adjuvent. Le problème, c’est que ça fait des années et des années que c’est le même produit et qu’il serait sérieusement temps que les labos pharmaceutiques investisse de l’argent dans ces adjuvants avec d’en trouver de nouveau, de les changer etc.

Donc voilà deux exemples congrès parmi tant d’autre, car si les labos pharmaceutiques jouaient un vrai rôle, autre que s’en mettre plein les fouilles, beaucoup de problème serait résolu en termes de santé. Sauf que malheureusement l’argent prime sur la santé et se serait con de lâcher 1% du revenu annuel énorme dans ces deux idées mentionnés, mais si indispensable au malade, patient, chercheur et du domaine de la santé publique. Je pourrais même aller encore plus loin, car finalement pourquoi guérir et vacciner des personnes atteintes du VIH. Le VIH est très complexe par ce que ce con se casse dans l’ADN de certaine cellule nerveuse, du coup même à coup de trithérapie, même s’il n’y a plus de virus dans le sang, il en reste planqué dans des réservoirs bien au chaud. Certaine équipe scientifique (des laboratoires publiques, hein) bosse la dessus afin de purger ces réservoirs. Il me semble même avoir vu un article sur des tests cliniques (à vérifier) sur un médoc qui justement vise à les purger. Une autre idée serait la thérapie génique avec de rendre inefficace le gène d’un des récepteurs indispensable à l’entrée du virus dans la cellule (cf. cas de Timothy Brown). Je ne dis pas que le traitement existe mais que ça avance bien. Sauf qu’en y réfléchissant, en quoi ça va aider les labos pharmaceutiques de vendre un remède (trouver par des chercheurs de laboratoires publiques évidement) contre le sida, si à côté de ça, ils remplissent les poches en vendant les médicaments pour la trithérapie. Ils gagneraient moins à vendre une thérapie (vaccin, molécule ou médocs utilisés durant la greffe) une fois ou deux à un patient que de vendre en continue plein de molécule lié à la trithérapie sans oublier les autres pour les effets secondaires du SIDA (vu que le système immunitaire est complétement affaiblie, il faut donc soigner les pneumonies qui se développent facilement etc.) à un même patient ? Le calcul est vite fait. Encore une fois, se cas de figure que je suppose qui dit que « ça ne leur arrange pas si on trouve un traitement au sida » est une simple théorie sans fondement et que j’espère fausse. Mais quoi qu’il arrive faut bien se rendre compte que l’argent n’a pas un rôle anodin et si certains n’étaient pas autant avide, certain problème de santé serait déjà réglé.

Enfin, un autre point étant que les thérapies génétiques, l’utilisation de cellules souches ou embryonnaires pour guérir ou réduire une maladie coûtent très cher et qu’il faut bien que quelqu’un les payent. La sécu? L’assurance maladie ? Le patient? Et donc même si l’aval était donné pour lancer ces traitements à grande échelle, ils resteraient très coûteux à faire.

Conclusion

Soigner des gens n’est pas aussi simple. Car d’une part il y a la complexité du corps humain, mais même si les idées de recherche et même si certaines thérapies existent et montre du résultat, la médicine se heurte à la religion et à l’argent qui passe avant tout malheureusement. Aussi nous baignons dans un monde rempli d’hypocrite : Les politiques qui disent A mais pensent et agissent comme Z. Les labos pharmaceutiques qui pensent qu’à se remplir les poches oubliant complétement qu’ils font partie dans la longue chaîne du médicale qui a pour but de soigner/guérir/soulager les gens. Mais aussi les gens sont d’une hypocrisie flagrante ! Entre ceux qui crachent sur la médecine et la science à cout de « j’y crois pas c’est du pipeau » et bah crève en souffrance alors, t’aura l’air con à mourir d’une pneumonique soignable, aussi ne va plus chez le médecin et n’achète plus de médoc, bah oui respecte à fond ton idéologie. Je dis exactement la même chose au antivivisectionniste et animal-activiste, qui n’ont pas compris qu’on n’avait pas le choix et que ce n’est pas une partie de plaisir. Mais comme dit plus haut, n’allez plus chez le médecin, ni le véto et ne prenez plus aucun médicament, ah bah oui on assume ces convictions jusqu’au bout même dans la douleur et l’agonie suite à une infection urinaire (oui aussi, vous ne prenez plus la pilule contraceptive non plus et pas de dentiste, bah rien en fait !). Sans oublier encore une fois ce qui sont contre tout avancer scientifique par peur (de quoi, on ne sait pas et encore je ne parle même pas du principe de précaution !) ou par religion. Ils seraient bien content si on pouvait soigner leur mamie adorée atteinte d’Alzheimer ou s’ils deviennent paraplégique ou leurs enfants (oui je fais dans le pathos là, pas le choix, je me mets à la hauteur des médias).

Ceci dit, j’ai vaguement effleuré l’autre bout du monde médical à savoir la recherche en medicine qui elle aussi est soumise à de nombreux stop, comme je l’ai dit par exemple l’interdiction d’étudier les cellules souches, mais aussi la religion et les antivivisectioniste qui mettent des bâton dans les roues sans aucune réflexion sur l’éthique et le fait que l’animal en recherche est indispensable mais aussi au niveau économique car les politiques n’inverstissent pas d’argent dans la recherche et le peu qu’ils donnent se focalisant sur des thèmes à la mode délaissant le reste. Donc au final, avec tout ce qui vient d’être dit depuis le début, on n’est pas prêt de soigner, guérir ou soulager des malades qui pourraient déjà l’être et encore moins améliorer ce qui a déjà été fait et trouver de nouveau remède. C’est moche hein ? Vous savez à qui la faute maintenant.

Helran

Mais tu va te pousser de la place handicapée!

En ce moment je suis sur Strasbourg et j’ai récemment pris le tram pour rentrer chez moi. Je monte dans le tram qui n’était pas bondé mais tout de même il y avait beaucoup de personne. Je monte tout à l’avant où il y a la place pour handicapée et d’ailleurs en même temps que moi, une personne en fauteuil roulante montait dans le tram aussi.

Je ne pense pas avoir un regard indifférent sur un handicapé et un non handicapé, un ami d’enfance étant handicapé, j’ai donc grandi avec lui à faire les 400 coups avec d’autres potes. Handicap ou pas, perso j’m’en fous je prends les gens comme ils sont et pour ce qu’ils sont. Mais la situation d’il y a quelques jours m’a faite bondir au point où j’ai même parlé (oui dans un tram je veux qu’on me laisse tranquille, je ne parle pas).

Donc, je monte, l’handicapée avec son compagnon montaient derrière moi. Comme dit, beaucoup de monde dans le tram mais pas bondé pour autant. La place handicapée était prise par des personnes debout. Sauf qu’à l’arrivé de la nana en fauteuil roulant, personne ne s’est bougé et même qu’une dame assez vieille sans être un vieux truc, debout prenant tout la place handicapé lui sort « Ca va vous avez de la place? ».

Pour ce qui ne visualise pas trop. Imaginez une place handicapée tout de suite à l’entrée du tram tout à l’avant. Place prise par des personnes debout, tram bien peuplé et une personne handicapée débarque. Comme elle ne peut aller se poser sur sa place, elle gène tout le monde, à savoir l’accès à l’entrée/sortie du tram. Tout ça parce qu’une conne, au lieu de bouger son cul un peu plus loin, à décider de rester posée sur la place handicapée et ose encore demander « ça va vous avez de la place ». Auquel j’ai répondu « mais vous voyez bien que non! » et elle me répond « oui mais de toute façon je sors à la prochaine » et là c’est le drame « Bah justement, raison de plus pour bouger! ». Donc la situation faisait chier tout le monde, l’ handicapé ne pouvait pas caller son fauteuil correctement et du coup bloquer l’accès aux portes du tram.

Tout ça parce que des gens n’ont pas compris que si dans un tram ou bus il y a un endroit pour fauteuil roulant, c’est pour non seulement qu’ils puissent avoir une place où casser leur fauteuil mais aussi éviter de bloquer le passage. Enfin voilà, ce genre de comportement m’énerve!

Helran

[Lecture] Challenge « Musique » (=> 31.12.12)

Je lance mon premier challenge sur le thème de la musique. C’est ouvert à tout le monde et je le posterais aussi sur Livraddict. L’idée m’est venue suite aux récentes lectures que j’ai faites qui comportaient soit un musicien, soit un instrument, soit un genre dans leurs récits, du coup je me suis dit « pourquoi pas en faire un challenge ? ».

Ce challenge consiste à répertorier le maximum de musicien et de genre musical.

Je m’explique, chaque fois qu’un musicien et/ou un genre de musique apparait dans un livre, vous le listez. Chaque entrée gagne 1 point. Exemple : Un livre qui parle d’un guitariste qui joue que du reggae = 2 points pour guitariste et reggae. Cependant seul un musicien et un genre par livre. Il est aussi possible qu’un livre ne parle que d’un genre musical ou alors que d’un musicien sans préciser sont genre.

Le but étant donc d’avoir le maximum de point avant le 31 décembre 2012 (voir plus, car au départ, je voulais le lancer en illimité). Il faudra évidement mettre un lien vers votre critique du livre à chaque fois.

Concernant les règles d’inscription :

  • Vous vous inscrivez quand vous voulez, soit via mon blog en commentaire de cet article, soit via livraddict.
  • Lors de l’inscription, y inclure le lien vers votre article de présentation du challenge (même très court) qui comportera un lien vers mon article (logo non obligatoire).
  • Enfin, ce challenge est rétroactif, donc si vous avez déjà croisés récemment des musiciens, vous pouvez déjà les comptabiliser. Aussi il peut inclure des livres que vous avez déjà pour d’autre challenge.

Comme je suis vraiment nul en logo, j’ai fait un truc très simpliste. Il n’est pas obligatoire à mettre évidement. (source de l’image)

livre challenge musique

Je ferais un récapitulatif des points et genres/musiciens tous les mois.

Bonne lecture en musique!

Helran

[Livre] Sept histoires qui reviennent de loin de Jean-Christophe Rufin

Sept histoires qui reviennent de loin de Jean-Christophe RufinLe livre du jour est un recueil de 7 nouvelles, Sept histoires qui reviennent de loin de Jean-Christophe Rufin.

Les sept histoires sont : Passion francophone, Les naufragées, Le refuge de Del Pietro, Nuit de garde, Les fiancés de Laurenço Marques, Garde-robe et Train de vie.

Je me suis lancée dans cette lecture, comme à mon habitude, sans rien connaître de l’auteur et sans avoir lu la 4ème de couverture. Après ma lecture, j’ai appris via le blog de Stef que ces 7 histoires sont réels et même vécues pour certaine.

J’ai aimé 4 des histoires (Passion francophone, Les naufragées, Le refuge de Del Pietro et Train de vie), même si je n’étais pas forcement d’accord avec le point de vu et les idées de certains des personnages présents, je me suis tout de même, laissée emporter par leur aventure. Ce qui ne fût pas la cas pour les 3 autres nouvelles, une question de feeling, car l’ensemble est bien écrit, très fluide et agréable à lire.

Les récits ont des points des points en commun, les thèmes abordés. Le voyage et la mort sont très présents, excepté le dernier Train de vie qui lui réfère à la naissance, comme vous vous en doutez avec le titre, le thème du voyage est bien présent. Pas mal de nostalgie ressort de ces récits, notamment dans Les naufragées. Ainsi que d’autres sentiments tel que la peine et l’amitié.

Au final, l’ensemble se lit très agréablement, j’ai beaucoup aimé certaine histoires, d’autre non, une question de goût. Si vous avez l’occasion d’y jeter un œil, allez y, pourquoi pas.

Helran

Coup de gueule sur certain tarif de coiffeur !

Il y a un truc que je ne comprends vraiment pas. Ça concerne le tarif chez les coiffeurs (en tout cas celui que je viens de faire). Je ne suis pas là pour discutailler de leur prix en général. Ni pour leur demander s’il pouvait changer de station de radio ou à défaut de fournir des dédommagements pour « musique de merde » (la plus part du temps, ils diffusent NRJ…). Je suis là pour essayer de comprendre pourquoi j’ai payé une coloration le double sous prétexte que j’ai les cheveux long (au dessous des épaules) alors qu’elle ne m’a fait que les racines… soit autant de colorant que pour des cheveux courts… ! J’aurais compris, si la couleur avait été appliquée sur toute la longueur des cheveux, mais non, juste les racines, juste un peu. Soyez sur que je ne retournerai plus chez ce coiffeur.

Helran

[Livre] Tout est sous contrôle de Hugh Laurie

tout est sous contrôle d'hugh laurieComme vous le savez, j’adore la série Dr. House, avec Hugh Laurie en acteur principal. Ce monsieur n’est pas seulement acteur mais aussi musicien et écrivain, du coup je me suis lancée dans son livre Tout est sous contrôle. Malheureusement cette lecture fût une déception. Concernant le style et l’humour, j’adore. J’ai adoré la façon dont c’est écrit, c’est un humour qui passe clairement mieux à l’oral (que j’adore) et dans ce cas, il a bien été retranscrit à l’écrit, de mon point de vue. C’est d’ailleurs uniquement ça qui m’a permis de venir à bout de ce livre.

Car niveau scénario/histoire, c’est là que ça pèche. En fait, ce n’est pas tant le faite qu’il ne soit pas spécialement originale, c’est surtout la façon dont c’est narrer. Les personnages sont fades, tout comme l’histoire qui est d’un platonique assez poussée. Pas de rebondissement, pas de changement brutal ou intéressant etc. C’est plat. Et c’est ennuyeux à lire, surtout que dès fois on a l’impression que l’auteur s’y perd dans son récit. Seul l’humour présent est bon.

Au final, c’est pour moi une lecture qui s’oubliera très vite, encore plus vite que je ne l’ai lu et dont je n’ai pas vraiment pris plaisir à lire.

4ème de couverture :
« On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien. Hugh Laurie, formidable interprète du Dr. House, a largement su le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d’élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n’a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu’on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d’affaire londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l’indécence jusqu’à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? »

Helran

[Livre] La lecon de musique de Pascal Quignard

La leçon de musiqueJamais, je ne me serais lancée dans ce livre. Mais pour le challenge 26 livres, 26 auteurs, il me fallait bien un auteur commençant par la lettre Q et malheureusement, c’est tombé sur La lecon de musique de Pascal Quignard. Je dis malheuresement, car je n’ai pas du tout aimé cet essaie et heureusement qu’il soit court (121 pages).

J’ai ni aimé la forme, ni le font. C’est vraiment horrible à lire, entre les répétitions à outrance et les tirades qui partent dans tous les sens au point d’avoir l’impression de lire un monologue de Simon Monceau dans l’émission « Ça va se savoir », je peux vous assurez que c’est lourd et chiant à lire. J’ai lutté.

Concernant le fond, Pascal nous pond un essaie dont il donne son point de vue sur pourquoi peu de femmes ont composés. Narrant l’histoire de Marin Marais, grand compositeur de viole, dont j’en ai strictement rien à faire de savoir où, quand et combien de fois il a déménagé (du moins comme c’est écrit, ça ne rend vraiment pas intéressant la chose), l’auteur nous explique que si les femmes ont peu composé, c’est qu’elle ne mue pas de la voix contrairement aux hommes, qui perdent leur voix aiguë et veulent à travers la musique (l’autre choix serait la castration), la retrouver. De mon opinion, c’est plus un problème socioculturel ou les femmes ne pouvaient ou n’avaient pas accès à la culture ou l’éducation musicale (autre que le chant) contrairement à maintenant. Enfin, je dis ça, c’est juste un avis, comme il donne le sien que je n’approuve pas, surtout que pour lui, muer signifie perte et gagner en voix grave durant la mue chez l’homme est apparemment une erreur, comme s’il n’est plus possible de faire passer une émotion ou de chanter via une voix grave, d’après l’auteur c’est un drame cette mue, idée que je ne partage pas.

Je pense avoir fait le tour de ce livre qui fût ennuyeux et imbuvable et donc que je ne recommande pas du tout. J’ai cependant appris une chose, que le mot tragédie provient du grec τραγῳδία / tragôidía (de τράγος / trágos (« bouc ») et ᾠδή / ôidế (« chant ») ) qui veut dire « chant du bouc ».

Quoi qu’il en soit, voici deux extraits du livre:

« - Vous êtes comme un enfant dont la voix mue. Vous êtes comme un enfant dont les lèvres hésitent entre le sein de sa nourrice et la mamelle des prostituées. »

« Les hommes sont voués, à partir de treize ou quatorze ans, à la perte de la compagnie du propre chant de leurs émotions, de l’émotion native, de l’affetto. La mue redouble la séparation avec le corps premier. »

Helran

[Livre] Acide Sulfurique d’Amélie Nothomb

acide sulfuriqueConnaissant uniquement de nom, je me suis lancée dans la lecture d’un roman d’Amélie Nothomb, avec Acide Sulfurique. N’ayant pas lu le 4ème de couverture ni les critiques, je ne savais absolument pas dans quoi je me suis lancée.

Livre très court, apparemment 193 pages, j’ai lu l’ebook et j’avais vraiment l’impression que ça en faisait beaucoup moins. J’ai trouvé le style d’écriture simple à lire, d’autant plus que le livre est court, donc en gros, il se fini très rapidement et se lit d’une traite.

L’histoire et l’idée est intéressante et la façon dont elle est utilisée ne me choque pas. Ça parle de téléréalité et de ses dérives dont une nouvelle émission nommée « Concentration » dont le but est de faire une émission de télé-réalité qui reprend les conditions de vie dans les camps de concentration. Donc les téléspectateurs assisteront via leur écran à la vie et de  mort de personnes qui ont été enlevé de manière au hasard durant une rafle dans les rues. Ces prisonniers se feront battre, injurier et laisser crever de faim par des Kapos qui ont accepté de jouer ce rôle. Parmi les Kapo, une sera attiré par l’une des prisonnières étant la plus belle du camp. En même temps l’audience est excellente mais apparemment pas assez pour les créateurs de cette téléréalité, il faudra trouver une idée pour grappiller encore plus d’audimat. La relation kapo-prisonnière sera impliquée dans l’issu final de cette télé-réalité.

Même si je suis entièrement d’accord avec l’idée qu’Amélie Nothomb véhicule dans son livre, dont voici des extraits :

« Je la déteste aussi, et pourtant beaucoup moins que le public. Je préfère celle qui me frappe à ceux qui me regardent recevoir sa hargne. Elle n’est pas hypocrite, elle joue ouvertement un rôle infâme. Il y a une hiérarchie dans le mal, et ce n’est pas la kapo Zdena qui occupe la place la plus répugnante. »

« - Je pense que les plus coupables sont les spectateurs, répondit-elle. – N’êtes-vous pas un peu injuste ? demanda l’homme. Les gens rentrent de leur journée de travail, ils sont épuisés, mornes, vidés. – Il y a d’autres chaînes, dit Pannonique. – Vous savez bien que le programme télévisé est souvent l’unique conversation des gens. C’est pour ça que tout le monde regarde la même chose : pour ne pas être largué et avoir quelque chose à partager. »

« – C’est parce qu’elle est belle, tout simplement. Elle aurait été moche, personne ne se serait soucié d’elle. »

Donc même si je suis entièrement d’accord, que le téléspectateur est finalement le plus responsable car sans lui pas d’émission de merde, émission de merde crée pour les merdes. Cela inclus aussi les personnes qui critiquent cette télé poubelle de merde mais qui la regarde tout de même.

« Le sommet de l’hypocrisie fut atteint par ceux qui n’avaient pas la télévision, s’invitaient chez leurs voisins pour regarder « Concentration » et s’indignaient : – Quand je vois ça, je suis content de ne pas avoir la télévision! »

Cependant l’ensemble de ce livre est fade et plat. Il y a deux personnages principaux et leur relation est fade et platonique. Concernant les autres personnages c’est encore pire. L’histoire est tout aussi plate. En gros ce livre ne possède aucun relief, tout est monotone et rempli de fadeur. Le contexte n’est pas du tout développer, on ne sait rien de ce qui les entoure, des personnes en elle-même. En fait, je trouve ça dommage que ce soit si mal raconter, je ne parle pas de la forme vu que le style est lisible sans problème, mais du fond qui est totalement absent. L’idée général (que je raccourcie à : la téléréalité c’est de la merde et ce qui la regarde sont cons) est présente et le message passe mais de manière vraiment platonique.

Helran