[Film] Envy

envy l'envie ben stiller jack blackBen Stiller et Jack Black dans une même comédie, ça peut donner un truc d’hilarant. J’ai bien dit, ça peut, car malheureusement, ce n’est pas le cas avec le film Enjy (l’envie) où ces deux acteurs tiennent les rôles principaux.

Le synopsis tient sur une feuille de papier toilette : Deux voisins, également très bons amis, voient leurs relations se détériorer, lorsque l’un d’entre eux devient riche en commercialisant son invention. L’autre va alors envier sa fortune.

Mais, un synopsis aussi plat ne veut pas forcément dire film merdique, surtout si on parle de comédie, enfin je suppose, car dans Envy, c’est une catastrophe.

Je ne sais pas trop qu’elle message le réalisateur et scénariste souhaitent faire passer. Je pense à quelques choses comme : Tu peux devenir très riche sans oublier tes vrais amis. Ce qui est surement vrai. Mais ce film n’est tellement pas drôle, que peu importe la morale derrière, ça ne passe pas.

Pourtant, les deux zigottos sont connus pour leurs humours, mimiques etc., je pense notamment à The pick of the destiny ou Be Kind rewind (que je me suis matée juste après Envy, histoire de remonter le niveau) par exemple. Aussi, j’adore l’humour pipi-caca ainsi que l’absurde, donc Envy aurait dû me faire poiler de rire. Mais les gags ne sont pas drôles du tout ! J’ai même l’impression que les acteurs n’y croyaient pas eux même aux blagues/péripéties, tellement qu’ils sont mauvais (pas les acteurs en soit mais les blagues). Pourtant pour de l’absurde, ils auraient pu se lâcher, mais ce n’est pas du tout le cas. Le duo ne fonctionne pas. Bref, un film à oublier et ne pas regarder !

[Vidéo à voir absolument] TED de Elizabeth Loftus sur les inventions de la mémoire

Une vidéo de très haute importante qui devrait être diffusée partout et vue par tous. C’est le TED de Elizabeth Loftus sur les inventions de la mémoire (false memory). Son discours est très bien fait et très compréhensible même pour les néophytes en sciences. Elle explique très bien pourquoi le témoin visuel ne devrait pas être utilisé pour résoudre des crimes et inculper des gens. Aussi, elle va encore plus loin en expliquant comment type de psychiatrie instaure de fausse mémoire au détriment du patient et en quoi c’est mauvais. Enfin, elle nous explique ces recherches sur les fasses mémoires, la façon d’en instaurer, la manipulation des gens via ses fausses mémoires et donc en quoi cela peut être dangereux.

La vidéo est en VOSTFR (mais vous pouvez choisir une autre langue de sous-titre.

J’ai effectué un achat par NFC à Helsinki

L’achat par NFC commence à se développer en Finlande. En fait, je pensais qu’elle était très bien développée, car la majorité des magasins et supermarchés sont dotés des terminaux de carte bancaire qui font aussi NFC (communication en champ proche / near field communication), mais j’ai découvert, hier, qu’ils ne sont pas activés pour là plus grande majorité d’entre eux.

Depuis hier, j’ai mon sticker NFC associé à un compte e-wallet. Ce sticker me permet de payer par NFC là où cette technologie est activée et avec l’objet où j’ai collé le sticker (oui techniquement, je peux payer avec ma chaussure, mais j’aurais bien l’air con à enlever ma chaussure et la poser près du terminal de carte bancaire au supermarché).

En annonçant cette information sur twitter, @swisstengu m’a donnée son opinion sur le sujet. En résumé, il n’aime pas ça, c’est mal sécurisé. Autant, je suis d’accord avec le côté « c’est mal sécurisé », bien que techniquement, rien ne soit in-hackable, on peut se faire pirater aussi sa carte de crédit. Autant, je n’ai rien contre le paiement par NFC, bien au contraire, et je suis contente de faire partie du petit groupe de la population finlandaise qui paye ainsi.

Deux choses : le côté pratique et le côté sécurité. Puis je vous parlerais du service Elisa et de ce fameux sticker.

Le côté pratique

D’une part, ce moyen de paiement m’est réellement pratique. Non seulement il m’arrive d’oublier ma carte bancaire chez moi (bon rarement, certes), mais aussi, je ne l’utilise pas tous les jours où alors pour de petites sommes. Je préfèrerai donc la laisser à la maison, sauf que je ne sais jamais quand je vais en avoir besoin. En même temps, j’ai toujours mon portable sur moi et très souvent en main (je lis des e-books dessus par exemple), en gros, je m’en sers constamment. Du coup, l’idée de payer avec mon téléphone portable (ou autre, vu que c’est un sticker, mais j’en parle plus tard) est une chose que j’ai toujours souhaitée (non, en fait, je souhaite un implant sous-cutané, qui me permettrait de payer avec la main/doigt, en plus d’avoir certaines données, mais ça, c’est un autre sujet). Je peux maintenant le faire (dans un nombre d’endroits limité pour le moment, mais d’après les articles de presse, ça va se développer). Ce fut d’ailleurs le cas, aujourd’hui, au restaurant universitaire. Pas besoin de sortir ma carte bancaire et en plus, j’avais déjà le phone dans la même. Pratique et rapide.

Le côté sécurité

D’autre part, le côté sécurité est un réel problème. Je ne m’y connais rien, donc ne m’en demandez pas plus et je crois Cédric sur ce point. Sauf que, je ne suis pas totalement inconsciente de ces problèmes de sécurité et c’est pour quoi, j’ai préféré passé par Elisa pour avoir le fameux sticker NFC associé à un compte Elisa e-wallet plus tôt que de demander à ma banque de me fournir une carte bancaire NFC compatible. Pour deux raisons. La première est que je souhaite me débarrasser de mes cartes. Donc, je ne vois pas l’intérêt d’avoir une carte bancaire compatible NFC, si je dois, quoi qu’il arrive, utiliser cette fameuse carte bancaire. La deuxième, et la plus importante, est que je ne souhaite pas associer un compte lié à un sticker/e-wallet NFC à ma banque/carte bancaire. La simple et bonne raison est que si la carte bancaire compatible NFC est hackée, le hackeur peut potentiellement (supposition) avoir accès aux données de la carte, à savoir : date de validé, numéro, nom, code sécurité. Je ne souhaite donc absolument pas de carte bancaire qui fasse en même temps NFC et j’espère que ma banque ne va pas l’imposer !

Du coup, pour approvisionner mon compte e-wallet, j’ai juste à faire un transfère bancaire sur ce compte. Ainsi, si une personne me hack via NFC, il n’aura aucune donnée sensible ou liée à mon compte/carte bancaire. Vu que les deux ne sont pas liés.

Dans la pratique

Dans la pratique, Elisa m’a donné un sticker NFC associé à un compte Elisa e-wallet. Ce sticker, je le colle où je veux et je paye avec. Pour le moment, le montant maximum de paiement est de 25euros et pas besoin de faire un code pin. Il compte augmenter cette valeur (mais avec code pin) prochainement. Je suppose donc qu’ils sont en phase de test, peut être vérifient-ils la sécurité de ce moyen de payement, etc. (Si j’ai bien suivi, ma banque, qui propose la carte bancaire compatible NFC, permet le payement supérieur à 25euros, mais il faut faire son code pin.)

Combien coûte ce service

Ça ne coûte pas grand-chose, en fait, je paie uniquement 0.22 euro (22 cents) par transfert d’argent de ma banque vers le e-wallet. Que ce transfère bancaire (moyen de paiement très courant en Finlande, en général) soit de 1 euro ou de 1000 euros (montant maximal que la e-waller d’Elisa puisse contenir), j’aurai 0.22 euro seulement à payer par transfère. C’est tout ! (Bien sûr, si je perds ou demande un autre sticker, cela me coûtera 5 euros.)

[Vidéos] Deux publicités originales Sqweel

Alors que certaines publicités sont chiantes, pas drôles ou ne donnent pas envie d’acheter le produit, certains publicitaires arrivent à innover et proposer une publicité amusante et attrayante. C’est le cas de la marque de sextoys Sqweel. Pour leur simulateur de cunnilingus Sqweel GO et Sqweel 2, ils nous ont pondu d’excellentes vidéos promotionnelles. Surtout pour le Sqweel Go qui m’a fait rire d’un bout à l’autre, tellement que c’est bien trouvé le coup du lécheur de timbre automatique :

Sinon, celle du sqweel 2 n’est pas mal non plus moins drôle, mais liée à l’évolution de la roue.

Deux publicités originales et inventives, dont certains, devraient prendre exemple.

Je suis ceinture jaune d’Haidong Gumdo

889306f8b1b2cbb8c36d6c4c2df42177Un petit billet rapide, pour vous annoncer que ce dimanche, j’ai passé ma ceinture jaune d’Haidong Gumdo ! Youpi Youpi.

Depuis début octobre, je fais de l’Haidong Gumdo, qui est un l’art martial coréen de la voie de l’épée, et ce samedi, j’ai passé le test pour la ceinture jaune que j’ai eue. Nous utilisons une épée en bois (à plus haut niveau, il y a l’épée à lame émoussée et une véritable épée).

Le test contient plusieurs phases : Les techniques de coupe de base (coupe droite, diagonale, horizontale, etc.), la sortie d’épée du fourreau (c’est une épée en bois et on a pas de fourreau, on le simule avec notre main gauche… non, il n’y a pas de sous entendu huhuhu), test d’endurance, technique en duel, enchaînement de combos et l’extinction de bougie. Ce sont des techniques de base, donc je ne vais pas m’étaler dessus, je vais juste vous parler de l’extinction de bougie.

L’extinction de bougie consiste à éteindre une bougie allumée sans la toucher à l’aide de son épée en bois. La bougie s’éteint grâce à la force du coup, mais évidemment, le coup doit être précis et s’arrêter net où il faut (en gros, ne pas démonter la bougie ou faire de trou dans le sol).

Réussir l’extinction de bougie est obligatoire pour réussir le passage de ceinture. Pour ça, on a le droit à 20 essais. Autant, je suis plutôt cul-de-jatte unijambiste (oui ce n’est pas logique) pour les combos et tenir debout sur une jambe (j’ai un équilibre de merde), autant l’extinction de bougie, je gère sa mère, au point d’avoir réussi à éteindre la bougie du premier coup. Sachant que c’était la troisième fois que je faisais ça. La première fois, durant l’entrainement, je l’avais éteint au deuxième coup, alors l’entraineur m’a demandée de recommencer et rebelote, mais au cinquième essaie. Quoi qu’il en soit, durant le test pour la ceinture jaune, j’ai poutre sa race à la flamme, du premier coup, et ça fait plaisir !

On était trois ceintures blanches (il y avait 3 autres personnes en plus, mais a d’autres niveaux de ceinture) et on a été deux à réussir le teste, la troisième personne n’a pas réussi le passage de la bougie. La seconde au bout d’une dizaine de fois si mes souvenirs sont bons (moins que 20 en tout cas).

En plus du certificat de 8ème grade, j’ai eu ma licence de l’European Haidong Gumdo Association. Licence que j’ai à vie, si je ne fais « rien de stupide » (citation de mon maître).

231174_283266678459689_1718852633_a

Voilà, je n’ai plus qu’à m’entraîner pour la prochaine ceinture, la ceinture verte !

[Film] 1984

affich_892_1

Hier, j’ai fini le livre 1984 de George Orwell que je trouve généralissime, un vrai chef d’œuvre comme il se fait rare. J’en ai profité pour voir l’adaptation cinématographique de Michael Radford avec John Hurt comme acteur principal dans la peau de Winston Smith.

J’ai été plutôt déçu du film. D’une part je pense qu’il faut avoir lu le livre avant sans quoi c’est chiant et vous êtes largués car il n’y a aucune explication. Mais une fois que le livre est lu, 1984 parait « fade » dans le sens où il manque toutes les explications et détails du livre. Donc finalement, j’ai vu ce film avec curiosité et pour voir s’il respectait bien le livre, mais j’ai piqué du nez à plusieurs reprises.

Au final, ce film 1984 respecte le livre au point où même les dialogues sont les même. J’aurais presque envie de dire « enfin une adaptation qui respecte le scénario du livre ». L’ambience est bien retranscrite, je trouve et le final est douloureux comme le livre.

Mais encore une fois, j’ai lu le livre avant et j’ai trouvé que ce film n’a rien apporté de plus au contraire (manque d’explication et de détails) et en plus il est plutôt soporifique comme film, contrairement au livre.

Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, vous risquez d’être perdu dans le film et surtout vous risquez de vous endormir, faut l’avouer c’est lent et mou. Bref, lisez le livre !

[Vidéo] Vled Tapas décortique les musiques de la pop culture : Overworld de Legend of Zelda

Je viens de découvrir la première vidéo de Le Set barré par Vled Tapas et c’est génial et très instructif. Il décortique et explique les musiques que l’on retrouve dans la pop culture.

Dans ce premier épisode, il nous décortique, Overworld, extrait de Legend of Zelda et composé par Koji Kondo. C’est bien fait (et il n’y a pas de öööhhhh !), c’est drôle, c’est ultra intéressant, je kiffe sa race, j’adore l’idée, bref, c’est une vidéo à découvrir absolument ! Je viens de m’abonner à sa chaîne et j’espère qu’il continue dans sa lancé !

Des promos lingeries chez Burlesquerie

Burlesquerie

Vous le savez peut être, je tiens une boutique de lingerie (et pas que) qui s’appelle Burlesquerie. Depuis le début de cette aventure j’ai changé de fournisseur, pour vous proposer un plus grand choix de produits. Du coup, j’en profite pour déstocker de la lingerie à petit prix. N’hésitez pas à jeter un petit coup d’œil à la section promotion. Voici quelques exemples des articles déstockés.

Jouer les maisons d’édition numérique, ça ne s’improvise pas !

Jouer les maisons d’édition numérique, ça ne s’improvise pas ! C’est un vrai métier qui demande du professionnalisme du début jusqu’à la fin et à toutes les étapes. Sauf qu’apparemment certains se lancent dedans à l’arrache (ça encore, pourquoi pas, faut bien commencer et faire des erreurs) et avec un niveau de professionnalisme proche du zéro absolu.

Je ne gère pas une maison d’édition et je ne compte pas le faire, c’est donc des remarques d’un point de vu de lectrice 100% numérique qui n’hésite pas à acheter des ebooks. Sauf que lorsque je vois certain comportement, je me dis qu’ils se foutent de la gueule des lecteurs comme des auteurs.

Sur twitter, Masa m’a pingée la nouvelle maison d’édition numérique Cécile La Liseuse me demandant si je la connaissais. Aucunement, je suis allée donc jeter un coup d’œil sur ce qu’elle proposait et j’ai donné mon vis sur twitter et au final, j’ai été catalogué comme « contact difficile » car j’ai émis mon opinion sur eux et surtout j’ai posé des questions qui fâchent dont celle du DRM (je n’ai toujours pas eu de réponse d’ailleurs).

Comme la discussion est visible par tous, je l’ai mise en bas de cet article. Mais voici les points que je leur reproche et qui s’applique finalement à toutes maisons d’édition numérique.

Tout d’abord le non. Alors, ça c’est évidement subjectif mais pour moi, Cécile la liseuse sonne comme un blog littéraire plutôt qu’un nom de maison d’édition. Je trouve que ça ne sonne pas professionnel. Mais bon, avis subjectif, ce n’est qu’un nom après tout.

Ensuite, c’est une maison d’édition qui commence, donc qui n’a qu’un seul auteur/ebook à son actif. Il faut bien qu’ils débutent, donc jusque-là ça va. Sauf que le problème vient lorsque l’on parle de leur moyen de diffusion. Ils diffusent uniquement et seulement sur Amazon et en plus mettent des DRM. Alors lorsque j’ai demandé pourquoi diffuser que sur Amazon, on m’a répondue que c’était temporaire. Soit, mais quand on regarde les chiffres d’autres maisons d’éditions, Amazon n’est qu’une partie des revenues (1/3 environs). Diffuser que chez eux, c’est déjà 1- se couper de lecteur, 2- se foutre de la gueule de l’auteur. Car quel est l’intérêt de passer par une maison d’édition numérique (dont leur verser un % sur les ventes) si elle ne diffuse que sur Amazon ? Autant le faire soit-même en auto-publié en utilisant des outils de correction et mise en page d’ebook.

Concernant la présence de DRM, on ne m’a toujours pas répondu ! Apparement c’est une question qui fâche et cette maison d’édition n’arrive même pas à justicier la présence de DRM sur leur ebook ! Car hormis empêcher des ventes qui auraient pu avoir lieu sans, je ne vois pas l’intérêt. J’ai donc trouvé intéressant de leur demander pour avoir leur avis et justification. Mais bon, pas de réponse et j’ai été classé dans la liste des « contacts difficiles ».

Enfin, et c’est là où je pointe la troisième raison de nom professionalisme chez eux, leur relation maison d’édition – lecteur laissent plus qu’à désirer. Ok, je ne vais pas avec le dos de la cuillère mais très honnêtement face à une maison d’édition qui ne publique que chez Amazon, nul par d’autre, (disant que c’est en attendant les retours de lecteur… mouais ça ne colle pas ça, m’enfin) et en plus avec des DRM, il ne faut pas s’attendre à ce qu’elle se fasse bien voir des lecteurs (et surement d’auteurs… qui veulent être visibles et vendus). Du coup, au lieu de répondre à la dernière question ultime que j’avais, alias la présence de DRM, ils ont préféré me considérer comme un élément à la discussion difficile, bref, ils ne sont même pas foutu du justifier leur soit de vente et diffusion au près des lecteurs/futurs potentiels lecteurs.

La conclusion de tout ça. Une maison d’édition numérique ça se monte et se tient avec professionnalisme pas juste parce que c’est à la mode. Car ça implique les lecteurs (acheteurs) mais aussi les auteurs !

Sans titre 9

Sans titre 10

Sans titre 8

Sans titre 7

Sans titre 11